• Petits poèmes d'une chambre d'hôpital

    Je me suis lancé dans l'écriture d'un recueil de poésie, je vous donnerai peut-être les différent poème qui le compose au fur et à mesure ....

    En attendant voici les deux premiers :

    Le poème Liminaire qui étonnamment se nomme "Arrivée" :


    C'est d'abord le claquement
    des portes automatiques,
    et puis le vent 
    qui vous pousse vers cet accueil éclectique

    Le dédale des couloirs blancs
    et l'odeur des pièce aseptisées
    Le balais de Chariots roulant
    et des brancards occupés

    Un défilé de Services,
    Grandes baies ou petits interstices,
    un autre monde produit de plusieurs

    Enfin, une grande porte blanche, la vôtre
    Un petit lit, une armoire forte et un miroir qui en a vu d'autre
    et une fenêtre sur un monde, l'inaccessible ailleurs...


    Et le second, que j'ai intitulé "Liberté" et qui est un avis très personnel sur les conditions de vies dans un hôpital... Parce que j'y passe moi même trop de temps ....

    Liberté

    C'est la première chose dont on rêve quand on est entravé,
    C'est le premier don qui nous obsède parce qu'on ne peut que l'admirer,
    C'est l'invisible qui chatoit sous nos yeux effacés,
    C'est les milles iridescences des bois que l'on ne connait que dans notre esprit, privé,
    C'est le chemin des gouttes d'eau qui explosent contre une fenêtre
    Et le grand vol des oiseaux qui, hypnotique, fait oublier l'être
    C'est le droit de bouger pour découvrir le monde
    C'est le pouvoir de chanter dans les situations les plus immondes
    C'est l'espérance, l'envie d'accomplir, le plaisir,
    et la beauté d'entreprendre
    C'est le temps qui se met à courir fougueux et les rires
    et le choix de n'être que cendres,
    C'est les enfant qui jouent le sourire aux oreilles,
    C'est les saisons qui passe, la glaise, la boue, et toute les pulsations du liquide vermeil,
    Si pour moi vivre est synonyme de liberté, 
    Pourquoi me garder enfermé est pourtant une nécessité ?
    Laissez moi être le danseur libre, l'oiseau chaleureux, et le chasseur de livres,
    L'homme de ses regrets anémiés, et dont le souffle fuit les vérités,
    Laissez moi vivre,
    Même si je confond cela avec ma soif de Liberté.


    Voilà, un avant gout, ça risque de ne pas être extrêmement joyeux ...


  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Mai à 19:53

    Ces deux poèmes sont vraiment très beaux ! Le premier a la richesse de vocabulaire et d'évocation que j'aime toujours dans la littérature, ça m'a rappelé un petit texte que j'avais écrit aussi, un soir où j'étais aux urgences... (enfin, pas le soir-même, mais d'après un souvenir de ce soir-là) Le deuxième m'a vraiment touchée... "Laissez moi être le danseur libre, l'oiseau chaleureux, et le chasseur de livres", j'aime beaucoup ce vers !

    Si ce n'est pas indiscret... pourquoi passes-tu autant de temps dans les hôpitaux ? [Moi aussi, j'y ai, même si je pense que ce n'est pas comparable... J'allais voir toutes les semaines pendant trois ans ma mère en rééducation ^^']

    En tous cas, tu écris vraiment très bien *-*

      • Vendredi 1er Juin à 19:48

        Merci beaucoup, ce compliment me touche parce que ces potes me touchent eux aussi énormément...

        Regarde tes MP ^^

      • Dimanche 3 Juin à 01:16

        De rien, c'est normal :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :