• Exemple peinture pour Elinae

     

    Désolé pour le sens !!!!!


    23 commentaires
  • Voici une nouvelle , écrite pour le concours de littérature de Saint-Malo : Etonnant voyageur 

    A la suite du sujet n°2 :

    donner moi votre avis !

    SUJET 2: (JASON)

    Ainsi c’était donc ça qu’on appelait « la jungle » ?... Jason se souvenait de ses cours, au collège, sur la forêt amazonienne. Il ne reconnaissait rien. Où étaient les plantes et les arbres immenses ? L’hévéa, le man- guier, le palmier royal, et les lianes enchevêtrées ? Partout autour de lui il ne voyait qu’un sol boueux, hérissé ça et là de maigres buissons. Partout des tentes dressées, rafistolées, des bicoques branlantes, des semblants de huttes couvertes de bâches en plastique vert ou bleu. Une luxuriance d’immondices, ça oui. Et les bêtes sauvages ? Où étaient le jaguar et le tapir, le tatou et le tamanoir ? Et les somptueux dauphins roses du fleuve ? Et les redoutables caïmans ? Qui, ici, étaient les prédateurs et qui étaient les proies ? On lui avait enseigné que la jungle était un écosystème essentiel pour la planète, un de nos princi- paux fournisseurs d’oxygène : l’Homme en avait besoin pour respirer. Pour vivre. Mais il avait aussi appris que la jungle prospérait le long de l’équateur, en Amérique du sud ; jamais il n’aurait imaginé la trouver en pleine zone industrielle, à quelques encablures de la Manche !

    Son regard s’arrêta sur une fillette à la peau sombre. Seule, l’air éperdu. Il pensa aux images de ces Indiens chassés de leurs terres, sacri- fiés sur l’autel du dieu Argent. À quelle tribu appartenait celle-ci ? Jason arracha ses semelles à la terre gluante et se dirigea vers elle.

    (...) 

     


    votre commentaire
  • Wouuuuh. Ca fait un an et dix jours que je n'ai pas posté un poème. Je suis une vilaine fille...

    Bon, aujourd'hui, un poème écrit hier - par un brusque tremblement de ma plume rouillé. J'vous préviens, il est très Halloween. (Enfin pas tant que ça : il est mon Halloween.) Breeef.

     

    Jack

     

    Train, train vide et effrayant
    Sous ses doigts glacés
    Mince barrière au vent
    Plume et lèvres gercées
    Prisonnier du temps

    Nouveau Jack O'Lantern, il erre
    Libre et seul, ivre et mort
    Enfer et Paradis refusés, traînant dans l'hiver
    Maudit à jamais, victime sans remords

    Les enfants rient sur son passage
    Déguisé et mal maquillé
    Il titube, ivre de rage
    Seul alcool qu'il ait retrouvé

    Le transsibérien roule de gare en gare
    Les âmes montent pour redescendre
    Même pour la mort, il est trop tard
    Sur son corps réduit en cendres
    Le diable crache — son cauchemar

    Ivrogne et délaissé, fantôme sans présence
    Personne ne le pleurera devant la fosse commune
    Hué des enfants, mendiant sans croyance
    Il recherche en vain sa compagne d'infortune


    1 commentaire
  • Un nouveau poème sans beaucoup de sens. Vous trouverez ce que vous voulez dedans. Écrit sur un coup de tristesse et de colère parce que j'en avais ras-le-bol.

     

    Il pleut dans mon cœur,

    Il vente dans ta tombe,

     

    Il neige en mon cœur,

    Il vente en ta tombe,

     

    Il y a de l'orage dans l'air.

    Indélébile, tu restes ici,

    Et moi, je pleure.

     

    La larme coule sur le papier

    Larme d'espoir pour me rappeler

    À l'ordre.

     

    " Tout est éphémère ",

    " Le réconfort n'existe pas "

    " Ta peur ne s'effacera jamais "

    " Tes larmes couleront toujours "

     

    Toutes ces phrases qu'on dit pour détruire

    Les gens, les museler,

    Leur interdire la différence.

     

    Et même quand c'est pour protéger

     

    " Regarde-toi, bon sang !"

    " Montre au monde que tu es fière "

     

    Les fichues phrases de tes parents,

    Qui n'ont pas pensé que tu n'étais pas fière,

    Juste en rage et différente.

     

    Et même si ça n'a aucun sens,

    Et même si ça sert à rien

     

    Je déteste l'air glacé qui me pénètre à ces moments,

    Et je hais le monde, dans ces instant

     

    Préjugés, stéréotypes, idées reçues et refus de la différence

    Pourquoi montrer au monde qu'on est fier

    Si on étouffe à l'intérieur ?

     

    Oui, j'étais vraiment en colère et très pessimiste à cet instant...

     

    ©Nienor


    5 commentaires
  • Titre : Six ans déjà
     

    Rubrique Littéraire - Matt_Math - Six ans Déjà

     Résumé :

    Impuissant, Jake assiste au mariage de Natalie, la femme qu'il aime. Leur histoire est bien finie, et elle lui a fait promettre de ne plus jamais la contacter. Ni d'essayer de la voir.

    Jake tien parole, pendant six ans. Jusqu'à ce qu'il tombe sur la notice nécrologique de Todd Sanderson, le mari de Natalie. Du moins semblait-il. Car au funérailles, la veuve se révèle être une parfaite inconnue. Alors, où est Natalie ? Pourquoi lui aurait-elle mentit ?

    Déterminé à la retrouver, Jake va devenir la proie d'une machination meurtrière. Et decouvrir qu'en amour, il est des vérités qui tuent ...

     

    Mon Analyse : 

    Ce livre d'Harlem Coben à été une de mes lectures de vacances, si je l'ai ajouté ici, c'est parce que l'écriture et le suspens que l'auteur a pu réussir à mettre dans son livre m'ont passionné, je n'ai littéralement pas pu lâcher le bouquin après l'avoir commencer !


    2 commentaires
  • Petit poème, écrit il y a maintenant six mois, je pense.

     

    Vivre de ton sourire

     

    Avoir l'impression

    De ne vivre que par moments

    De n'exister qu'à certains instants

    Vivre d'un moment de passion

    S'en souvenir toute sa vie

    Pour qu'il illumine les moments de tristesse

    Et de mélancolie.

    Vivre de ton sourire,

    Ou d'un unique moment de plaisir.

     

    Des avis ?

     


    4 commentaires